Le rappel

Il part en courant quand vous essayez de l’attraper, il ne revient pas et préfère jouer loin de vous, ne vous écoute pas quand vous l’appelez désespérément… Vous avez l’impression que votre chien se paie votre tête !
Que votre chien soit adulte ou chiot, voici plusieurs conseils pour vous aider à obtenir un rappel parfait.

1. Utilisez une longe

Si votre chien n’a pas de rappel, mettez-le en longe pour le travailler en toute sécurité.
Vous avez plein de types de longes différentes, des plates, en tissu, cordes d’escalades et même en biothane. A vous de faire votre choix, mais privilégiez une bonne longueur (10m minimum et attaché à un harnais).

Et en longe commencez à travailler, appelez votre chien et surtout RÉCOMPENSEZ-LE CHAQUE FOIS QU’IL REVIENT !
Donnez-lui une friandise, une caresse, un « Ouiiii! » enjoué.
Votre chien est en apprentissage, il est très important de valider lorsqu’il revient bel et bien à vous, et ce à chaque fois. Même s’il met 15 minutes à revenir.

2. Commencez facile

Commencez à travailler dans un endroit et un moment où il y a peu de distractions pour votre chien. Dans votre jardin, dans un endroit clos ou même dans votre salon.

Une fois que le rappel sera acquis, vous pourrez ajouter des distractions, emmener votre chien dans un endroit inconnu pour augmenter la difficulté. Mais allez-y progressivement pour éviter de mettre votre chien en échec. Si vous n’êtes pas sûr que votre chien revienne, remettez-lui la longe.

3. Utilisez un mot précis

Utilisez un mot précis : « Viens », « Ici » n’utilisez pas le nom de votre chien pour le rappel, son nom doit être utilisé uniquement pour l’interpeller, pas pour l’appeler.

4. Laissez-le repartir

La plupart du temps, quand notre chien revient (enfin) à nous, on a tendance à vite vite le rattacher.
Du coup le chien fait vite l’association entre : Je reviens = On me rattache.
Ainsi, vous verrez des chiens revenir mais s’arrêter 2m devant leur maître, hors d’atteinte.
Pour éviter ça, rien de plus simple. Faites des « Faux rappels ».
Rappelez votre chien, récompensez-le, et libérez-le, laissez-le repartir (on peut utiliser un mot libérateur).
Ainsi votre chien associera le rappel à quelque chose de positif: « je me balade, je reviens à mon maître, j’ai une friandise et en plus je peux repartir renifler les odeurs! Si c’est pas cool ça! »

5. Le ridicule ne tue pas

Votre intonation et la récompense que vous utiliserez sont primordiales pour bien réussir votre rappel.
Les chiens sont généralement plus sensibles au « Baby talk ». Utilisez une voix enjouée et aigüe interpellera d’avantage votre chien qu’un ton monotone ou même qu’une brimade!

5 erreurs à ne pas faire :

  • Le rappeler trop tôt : Laissez votre chien profiter de sa liberté au moins quelques minutes avant de tenter un rappel
  • Le rappeler trop souvent : Ne pas saouler son chien, de rabâcher, laisser le temps à son chien
  • Le rattacher trop vite : Il faut que le chien associe à quelque chose de positif, faire de « faux rappels » en rappelant et en le laissant repartir
  • Le gronder quand il revient tard ou ne revient pas : Votre chien est revenu c’est le principal, si vous le grondez à chaque fois, il ne reviendra pas. Il faut que ce soit positif, qu’il se dise « quand je revient je n’ai que des choses qui me plaisent » et pas « quand je reviens je me fais gronder »
  • Ne pas récompenser : Vous aimeriez travailler sans être payé ? Le chien c’est pareil. Félicitez-le vocalement, laissez-le repartir, donnez-lui une friandise, jouez avec lui…

Exercices qui aident :

  • Jouer à cache-cache : D’abord le faire quand le chien nous regarde. Pas de friandise sur cet exercice, la récompense c’est vous
  • Demi-tour surprise : Quand le chien vous dépasse, demi-tour droite et interpeller le chien